Zdjêcia

Photographer's Note

English version:

No doubt that today, the main subject of conversation, at least in the western editorial offices, will be the very public arrest of the IMF director and potential candidate to the french presidential election of 2012: Dominique Strauss Khan (DSK). An affair that falls in a sheer drop for his detractors (of which there is no shortage, inside as outside his political camp), all the more that he seemed the best placed, in the polls, to face the candidacies of his political opponents. If the timing lets thoughtful, a lot of people also wonder about the bottom of things, that resounds like a sensational news, for the majority as for the opposition, insofar as it could rather change the deal in the elections...

Beyond the reputation of a man, known for his "sweet tooth for women", there is also simply the reputation of France abroad at stake.
For a lot of foreigners, France, it is of course Paris, the fashion but also a certain frivolity in the matter of lifestyle, with pejorative prejudices about the behaviour of its citizens; the women being often catalogued as "easy", and the men as compulsive seducers.
A reputation that follows or precede the travellers in foreign countries, and that can, sometimes, harm or jeopardize them, in such a way that the whole trip can be ruined. A woman travelling alone, as unimpeachable her personal demeanour can be, wil specially bear the brunt of this situation. Because this is a cliché of which it is quite hard to get rid of, and that sticks to the skin unpleasantly; all the more when the escapades (real or not) of political leaders ( or sportsmen) that are the talk of the town and leave their mark on people's mind. A bit as if , instead of the national motto : "Liberty, equality, fraternity" that accompanies the french flag, was : "sex, love and lust" !

Although, the obession of sex is never more discernible than in the countries that restrict and ban the contacts between the persons of the opposite sex, feeding the desires in an underhanded way, by dint of prohibitions, frustrations, unsaids, hidden secrets, of forced separation to avoid the coexistence of genders, where the pressions, whether religious, political or social, are numerous, but remain unable to control the citizens libido. The desire, in couple with the shortage, intensifies better than it decreases, and turns to osbession.
Nothing is more taboo than sex, although, nothing is more determinant, in a way...


In India, the prohibition does not affect only the alcohol, but the customs too. The social organisation codifies strictly and quite largely, as much as in the hindu families as in the muslim ones, the way each one has to behave, not to sully the reputation of the family, of the caste, of the community... Which does not prevent indians to fantasize profusely about foreigners, of which the freer lifestyles fascinate them, if not to try to taste with them to this sentimental and physical liberty that is inacessible in their own society and that tempt them even more desperately than it is ordinarily refused to them.

Here, on a wall in Puri, a word with a double-meaning has caught my attention. " Cum" means " with" in latin, and is sometimes used like that in english in some sentences. It can also means, in a less decent, if not totally vulgar use of langage (in slang) : semen, ejaculation. Here, the mural inscription, incomplete, becomes sibylline... It can be quite comical to discover this written in red in big on the wall, prominently displayed, while it seems impossible to pronounce the same word loud and clear in public , in his more familiar acceptance, without doing any offense to the decency.



I wanted to call my photo: "Deus sex machina", to play on words with the latin locution: "Deus ex-machina" that refers to a sudden and dramatic turn of events or twist in a story at the end of a theater play; but I did not dare to do so. Maybe the satiric newspaper "Le Canard Enchaîné" will dare a "DSK Sex machina"?






*******





Version française:



Nul doute qu'aujourd'hui, le principal sujet de conversation, dumoins dans les rédactions de la presse occidentale, sera l'arrestion très médiatisée du directeur du FMi et potentiel candidat à l'élection présidentielle française de 2012 : Dominique Strauss Khan. Une affaire qui semble tomber à pic pour ses détracteurs (qui ne manquent pas), d'autant qu'il était semble-t-il le mieux placé, dans les sondages, pour faire face aux candidatures de ses adversaires politiques. Si le timing laisse pensif, beaucoup s'interrogent aussi sur le fond de l'affaire, qui résonne comme une fracassante nouvelle pour la majorité comme pour l'opposition, dans la mesure où celà pourrait passablement changer la donne des présidentielles... Au delà de la réputation d'un homme, connu pour "aimer les femmes", se pose aussi la réputation de la France à l'étranger tout court. Pour beaucoup d'étrangers , la France, c'est bien sûr Paris, la mode, mais aussi une certaine frivolité dans le domaine des moeurs, avec des préjugés péjoratifs sur le comportement de ses ressortissants, les femmes étant souvent cataloguées comme "faciles" et les hommes comme de compulsifs séduciteurs. Une réputation qui suit les voyageurs et voyageuses à l'étranger, et qui peut, parfois, leur nuire ou porter préjudice, de telle sorte que le voyage entier en soit gâché. Une femme voyageant seule, et aussi irréprochable que soit sa conduite personnelle, en fera particulièrement les frais. Car c'est un cliché dont il est bien difficile de se défaire et qui colle à la peau de façon désagréable; d'autant plus quand les frasques (réelles ou non) des hommes politiques (ou sportifs) défrayent la chronique et marquent l'imagination. Comme si le sexe était la préoccupation première des français, avant le pouvoir d'achat, l'emploi, ou l'accès au logement ! Un peu comme si, à la place de la devise : "liberté, égalité, fraternité' qui accompagne le drapeau français; se trouvait : "sexe, amour et luxure"

Et pourtant, l'obsession de sexe n'est souvent jamais plus perceptible que dans les pays qui limitent et censurent les contacts entre personnes de sexe opposées, alimentant les désirs d'une façon sournoise, à force d'interdictions, de frustrations, de non-dits, de secrets cachés, de séparations imposées pour éviter la mixité, où les pressions; qu'ellles soient religieuses, politiques ou sociales, sont nombreuses, mais restent iincapables de contrôler la libido des citoyens. Le désir, couplé au manque, s'éxacerbe plus aisément qu'il ne s'étiole, et tourne à l'obsession. Rien de plus tabou que le sexe; et pourtant, rien de plus déterminant, en quelque sorte...

En Inde, la prohibition ne concerne pas uniquement l'alcool mais aussi, les moeurs. L'organisation sociale codifie de façon stricte et assez large; tant dans les familles hindoues que musulmanes, la façon dont chacun doit se comporter, pour ne pas entacher l'honneur de la famille, de la caste, de la communauté... Ce qui n'empêche pas les indiens de fantasmer abondamment sur les étrangers, dont les moeurs plus libres les fascinent, voire de tenter de goûter auprès d'eux à cette liberté sentimentale et physique qui leur inaccessible dans leur propre milieu social et qui les tentent d'autant plus désespéremment qu'une telle liberté leur est ordinairement refusée.

Ici, sur un mur de la ville de Puri... ( prononcer "Pourri") un mot à double sens a retenu mon attention. "Cum" signifie : "avec", en latin, et est parfois utilisé tel quel en anglais dans certaines phrases. Il peut également signifier, de façon moins élégante, pour ne pas dire tout à fait vulgaire: semence, ejaculation, en argot. Ici, l'inscription murale, incomplète, devient sibylline... Il peut être assez cocasse, pour ceux qui ne conaissent pas le sens de ce mot latin intégré à la langue anglaise, de trouver ceci écrit en rouge sur un mur bien en vue, alors qu'il semble impossible de prononcer à voix haute en public, le même mot dans son acceptation plus familière, sans faire offense à la pudeur et à la décence.


Je voulais appeler ma photo: "Deus sex machina" pour faire un jeu de mot avec la locution latine "Deus ex-machina" qui fait référence à un coup de théatre dans une pièce de théâtre... mais je n'ai pas osé... Peut-être le Canard Enchaîné osera-t-il un "DSK Sex machina"?

patdeph, yquem46, BennyV, Kofman, bukitgolfb301, CMJC oznaczy³ to zdjêcie jeko u¿yteczne

Photo Information
Viewed: 3512
Points: 20
Discussions
Additional Photos by Marine Rebillout (eversmile) Gold Star Critiquer/Gold Star Workshop Editor/Gold Note Writer [C: 864 W: 518 N: 1921] (11636)
View More Pictures
explore TREKEARTH